Patrice Chereau, le corps au travail

Un film de Stéphane Metge.

Comment pratiquer trois arts majeurs différents, le théâtre, l’opéra et le cinéma dont Patrice Chéreau a pourtant la conviction qu’il y fait toujours le même travail ?
A partir des années soixante il révolutionne les formes même de la pratique théâtrale. A l’opéra, il dépoussière un art encore enfermé dans les conventions bourgeoises du 19ième et retrouve le sens dramatique de la musique lié au sens du texte. Et puis il y a cette envie de cinéma qui le taraude depuis toujours et ne l’a jamais quitté, avec cette obsession de toujours raconter des histoires de maintenant ; même dans un film en costumes. Et dans tous ces arts, cette chose unique dans sa manière de nous montrer ce monde, la chair, désirée, aimée ou maltraitée, et la vie qui s’échappe comme le sang se répand.
Dans ce film, Patrice Chéreau nous parle de ses influences, depuis la peinture que pratiquaient ses parents et dont ils lui ont transmis le goût, jusqu’aux mentors de sa jeunesse théâtrale, en passant par les cinéastes à travers lesquels il a forgé sa personnalité artistique.
Ce film est une interrogation intime sur ce qu’il a traversé pendant ce demi siècle de travail, ce qu’il a espéré et ce qu’il est désormais.

L’itinéraire d’une vie partagée par et pour le corps…

Durée : 74 min

  • Prise de son

Patrice_Chereau_le_corps_au_travail