Archives pour l'étiquette Algérie

Marble Road

Un film de Jennifer Lavallé.

“ Quelques paysages, le visage de l’être aimé.  Dans le théâtre de la mémoire, la vie se condense en images à la fois fortes et étranges.  J’ai voulu sauver les trésors endormis dans les greniers de ma famille.  Ma mère a été filmée par son père quand elle était une petite fille, par mon père quand elle est devenue une femme. J’ai découvert ces images tardivement. Je ne savais pas qu’elles existaient.  La projection me fut une révélation fulgurante de la puissance mélancolique du cinéma…”

Montage poétique d’images familiales tournées entre 1953 et 2013, “Marble Road” nous fait partager des traces de vie, des moments de bonheur et de grâce sauvés de l’oubli par le geste du cinéaste… A travers la vie d’un jeune couple en voyage, surgit en arrière-plan des souvenirs d’été, tout un pan de l’histoire du vingtième siècle… Grain mouvant de la peau engluée dans la gélatine d’une époque et d’une société, la pellicule prenant au piège de la lumière nos rêves de bonheur et d’éternité…

Durée : 22 min

  • prise de son
  • montage son
  • mixage

small_MARBLE ROAD

La traversée

Un film de Elisabeth Leuvrey

Chaque été, ils sont nombreux à transiter par la mer entre la France et l’Algérie, entre Marseille et Alger.
Des voitures chargées jusqu’au capot… des paquetages de toutes sortes…
des hommes chargés de sacs et d’histoires.
En mer, nous ne sommes plus en France et pas encore en Algérie, et vice-versa. Dans l’entre-deux – l’entre deux rives, l’entre deux pays , l’entre deux appartenances – s’exprime alors une parole qui jaillit souvent par nécessité .
Depuis le huis clos singulier du bateau , dans le va -et-vient et la parenthèse du voyage, la traversée replace au coeur du passage ces femmes et ces hommes bringuebalés.

Durée : 1h12

  • Prise de son

la-traversee AFFICHE

Maurice Audin – La disparition

Un film de François Demerliac

1957 – Alger. Le mathématicien Maurice Audin est arrêté par les parachutistes français.
Sa femme et ses trois enfants ne le reverront plus jamais. Il est peu après déclaré « évadé » par l’armée. Il avait 25 ans.

2012 – Malgré 50 ans d’enquêtes et de procès, la justice a refermé ses dossiers sans condamner les coupables ni reconnaître les faits : la torture et l’assassinat. Les souvenirs s’estompent, les documents se perdent et les derniers témoins disparaissent à leur tour. Après celle de Maurice Audin, nous assistons à une nouvelle disparition : celle de la mémoire. À l’aide de témoins historiques, le film revisite la Guerre d’Algérie à travers le destin d’un individu, devenu le tragique symbole de ce conflit sans nom.

Durée : 1h10

  • Prise de son
  • Montage son
  • Mixage

 

Audin_HD